Poésie et Peinture

 
 
Encore plus belle ce soir elle est Reine,
Par sa fragile voix et ses grands yeux violets,
Par l'amour parfois qu'elle ne peux exprimer
Par son coeur débordant, son âme et sa peine
 
Sa toilette est d'une soie aux reflets roses,
Son corsage est ouvert et les bras laissent voir,
Puisqu'elle n'est pas ici, que puis-je savoir
Sur le goût de sa peau d'une si jolie rose?
 
Elle n'a pas vingt ans mais elle est l'élégance,
Je l'appelais jadis, Douce mais aujourd'hui,
Qu'elle tourne son regard vers mon paradis,
Plus j'en rêve, plus elle me charme, j'ai de la chance.
 
Je voudrais lui parler! Certes aujourd'hui j'ose,
Je dis que je lui plais pour flatter mon espoir,
Mais comment l'approcher, le verrou chaque soir
Est tiré sur sa porte et la chambre est close
 
Moins le désir est prompt et moins vite il se fane
Que Douce vienne tard mais pour  longtemps, il est clair
Qu'il me faut, en l'attendant, inventer un  air
Dont la rime donnerait ce poème profane
 
    

                                           timilo

Une poésie écrite par mon ami Timilo, inspirée de ce portrait réalisé au pastel (2013)

Merci Thierry

 http://lapoesiedetimilo.blog50.com

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand le peintre ressuscite de son magistère,

La grâce, la caresse et l'envol du printemps,

Il projette et fait battre un coeur dans la lumière,

Et il donne à l'enfant ce regard éclatant.

 

Quand son pinceau mouvant ses ailes, fait éclore,

Le sourire dont il porte au ciel l'immensité,

Il sait qu'il ne pourra pas faire plus encore,

Pour l'épanouir et nous éblouir de sa clarté.

 

Lorsque la folie du printemps va surprendre,

Par l'ardeur de l'accent la pousse et l'envol,

Mais que l'enfant sera, contraint d'attendre,

Une fois encore que ce blé vert mûrisse au sol.

 

Pour que dans l'espace ce rêve s'éternise,

En gardant l'azur et son doux tressaillement,

Le peintre enferme ce temps pour qu'il n'agonise,

En ôtant les mauves ombres de son firmament.

 

En l'arrachant ainsi au vertige des cieux,

Son pinceau  sur son chapeau fait merveilles,

Et que pleins de soleil et d'extase, nos yeux,

Ne puissent jamais voir la jeunesse sans vermeil.

 

TIMILO logo

 

 

 

 

 

 

 


Une poésie écrite par mon ami Timilo, inspirée de ce portrait réalisé au pastel (2012)

Merci Thierry

 http://lapoesiedetimilo.blog50.com

 

 
 
 
 

                                                  

Ta blancheur m'éblouit en dentelles profanes,
Et quelque soit le prix, leur ombre est diaphane,
Ta peau que tu habilles d'un caraco discret,
Transparaît malgré ça dans tout ce que tu vêts .

Souris! Laisse à ton gré dans l'air émoustillé,
Tinter ce divin cristal que nul homme n'a fêlé,
Craint ce monde que tant de jalousies parsèment,
Tu es belle, tu le sais et un grand coeur t'aime.

Nuls mots m'exprimeront l'image idéale,
Car ma pudeur étrange en devient virginale,
Qu'en couvrant de soie nos rendez-vous charmants,
Tu donnais le prix suprême à mon attachement.

Pas un secret que ce caraco n'ait trahi,
Quand je pensais non, ma voix te disait oui,
Car tout tout parle chez toi en grâce juvénile,
Tout me trouble et ma voix en devient docile.

Ta peau que tu habilles d'un caraco discret,
Transparaît malgré ça dans tout ce que tu vêts,
Je la vois frissonner, est-ce de sincérité?
Mais l'âge rend les doigts froids, dois-je la caresser?

timilo
 








Commentaires

30.05 | 19:52

Les visages d'enfants laissent entrevoir beaucoup d'émotion de peur de tristesse, d'effroi . Votre travail est prêt de leur dure réalité de vie.

...
02.10 | 17:56

Magnifique !

...
24.08 | 09:47

c'est magnifique tellement beau je vais de ce pas regarder tout cela pour le ravissement

...
12.06 | 16:32

Bravo pour tous ces portraits parfaitement réalisés

...
Bonjour !
Créez votre site web tout comme moi! C'est facile et vous pouvez essayer sans payer
ANNONCE